AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La légende de Gluxx l'ivrogne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gluxx
Errelien
avatar

Masculin Messages : 8
Age : 21

MessageSujet: La légende de Gluxx l'ivrogne   Lun 2 Avr 2012 - 18:19

Intro

"Aah ! Rien de tel qu'une bonne bière, dans la meilleur Taverne d'Amakna, pour se déstresser après une dure journée de travail. Merci beaucoup pour la chopine...euh...vous vous appelez comment déjà ?" demanda l'enutrof
-"D'la où je viens, on me nomme Gluxx." répondit le Iop
-"Ah oui ! Le Iop ivre des tavernes ! Mais dites moi, à part donner l’ambiance, vous avez déjà fait quelque chose d'extraordinaire ? Parce que pour qu'on entende autant parler de vous dans les tavernes, vous avez due faire quelque chose, j'me trompe ?
-"Umf...Et bien oui comme tout héros j'ai une histoire qui ma donné ce surnom. Certes elle n'ai pas très glorieuse, mais elle en vaut la peine d'être écoutée, si vous voulez bien perdre un peu de votre temps."
-"Et bien je suis tout ouïe"
Le Iop s'installa plus confortablement, termina sa bière, et dit :
"Une légende raconte qu'un enfant est né d'une Iopette et d'un Démon. Mais cette naissance étant contre nature, les dieux condamnèrent le nouveau-né à une mort certaine. Les parents, ne pouvant acceptés la mise à mort de leur enfant, sacrifièrent leurs vie pour protéger celle du bébé. Je suis né de cette légende..."

Chapitre 1 : La naissance de Zack

J'avais été abandonné très jeune par mes parents, à Incarnam. Le barman du coin, nommé Glurack, c'était occupé de moi. Il m'avait appelé "Zack". A partir de l'âge de quinze ans, je pris goût à l'aventure, au point de commencer à tuer des monstres, et de finir des donjons. J'avais récupéré une épée de novice, qui me paraissait incroyablement puissante pour l'époque. Je me faisais des kamas en aidant mon père adoptif à servir les clients. Un jour, alors qu'on nettoyait la taverne, il me dit :
"Mon fils, je crois que tu n'ais pas fait pour le métier de tavernier. Je sais que ta passion c'est l'aventure. J'en ai parlé à un ami du coin, et quand tu seras majeur, tu partira avec lui vivre des aventures inoubliables."
-"Nan ! C'est une blague ? Tu es sérieux papa ?" lui répondis-je
-"Bien sur, de plus c'est un expert en la matière, j'ai donc aucun soucis a me faire." dit-il en me faisant un clin d'oeil.

Chapitre 2 : Maître Jojo

Ce jour arriva, le jour de ma maturité. L'expert en question se nommait Jojo, enfin je devais l'appelais Maître-Jojo :
"Bon mon petit, à partir de maintenant je serais ton maître, alors fais tes affaires, tu pars aujourd'hui de ta taverne !" m’ordonna-t-il
-"Oui Maître Jojo !" criais-je
Je fis mes affaires rapidement en emportent que le nécessaire dont mon épée de novice. Quand il fut le moment de dire "adieu" à mon père, j'étais sur le point de verser une larme, lorsque qu'il me dit très brièvement ces mots :
"Ne pleure pas Zack, ce moment de la vie est arrivé à tout le monde, même à moi. Il faut que tu reste fort, que tu continue d'avancer quoi qu'il arrive. Et surtout garde la joie de vivre et dit toi que si sa ne va pas, une bonne petite bière te fera le plus grand bien, tu pensera à moi. Je te dis adieu, j'espère que tu reviendra me voir un jour, si l'un de nous n'est pas mort avant. Bon voyage mon fils."
Même si n'était pas mon père, je l'aimais comme tel, et je savais que je ne l'oublierais jamais. Ses mots me firent reprendre confiance en moi. Je m'éloignai de la maison tout en faisant signe de la main à mon père, accompagné de mon maître.
Nous primes ensuite la route d'Astrub, où j'entrepris mon entrainement. Jojo m'y fit découvrir l'art de la Terre, tel que le sort "Pression", ce qui me rendit bien plus puissant. J'y découvris de nouveau monstres, comme les craqueboules, ou les porkas. J'ai due en tuer des centaines. Jojo était un peu sévère, mais au fond il était vraiment quelqu'un de bien. C'était un Iop de Bonta plutôt fort, d'élément vent. Avec le temps, il devint mon Mentor.

Chapitre 3 : Mon premier Amour

En quelque années, j'était devenu très fort, et je me battais maintenant avec un marteau de bouftou. D’ailleurs Jojo m'avait cousu une magnifique cape et coif en laine de bouftou. Tout les soirs après de longues journées à tuer des monstres, à sauver des citoyens, ou à botter les fesses des bandits, nous allions boire un coup dans une petite auberge bien chaleureuse. Mais se soir là, quelque chose allait changer ma vie :
L'auberge se faisait cambrioler par des roublards.
"Oooh mon dieu ! Ces petits bandits de pacotille ont osés s'attaquer à notre auberge ! Vient Zack, on va leurs montrer la puissance de deux Iops en colère !" S'écria mon maître en se précipitant sur les enemis. Je fis de même, mais il était trop tard pour réagir, les roublards avaient déjà tout pillés, et ils commençaient à s'enfuir.
"Maître ! On n'est pas assez rapide ! Ils vont nous échapper !" Criais-je.
C'est alors qu'une flèche, extrêmement rapide et enflammer, se faufila entre Jojo et moi et alla s'exploser sur les bandits. Dans mon élan, j'extermina les derniers survivant à coup de marteau, puis je me retourna pour voir d'où venait la flèche.
En un éclair, une ombre surgit de nul part, et se posa devant moi. C'était une magnifique Crâ, blonde, aux yeux bleu, armée d'un long arc hétype.
"Rien de casser ?" dit-elle, d'une voix envoûtante.
De toute ma vie, jamais mon cerveau avait autant réfléchi, et pourtant je suis un Iop. C'était le coup de foudre. Pas comme ceux qu'on attrape quand on est jeune, ceux qui ne durent qu'un moi tout au plus. Mais plutôt le grand amour, celui qu'on oubli pas.
"Vous inquiétez pas pour nous jeune demoiselle, nous avons l'habitude de ce genre de chose, voulez-vous boire un verre avec nous ?" répondit mon maître.
-"Avec plaisir".
Elle s'appelait Syris. Je n'ais pas réussi à prononcer un seul mot de toute la soirée. Je n'arrivais plus à parler. Je ne faisais que la contemplait, jusqu'au moment où elle me demanda :
"Et vous comment vous appellez vous ?"
Je n'avais pas le courage de répondre. Alors les derniers de mon père se mirent à raisonner dans ma tête, et avec l'envi de répondre et mon manque de courage, la seule chose que j'avais réussi a dire était les trois premières lettres du nom de mon paternel, suivit d'un sifflement de stress :
"..G..Gluxxssss...".
-"Gluxx ? Quel nom original." dit-elle en souriant.
Mon maître fut surpris de ma réponse, mais il n'y prêtais pas vraiment attention. Bizarrement, cela me fis reprendre mes esprits et je continua la discussion comme si de rien n'était.
Chaque soir, on allait la voir à l'auberge. Et petit à petit, nous sommes devenus amoureux l'un de l'autre. A partir de ce moment, je me nommais Gluxx et j'avais trouvé mon âme soeur.


Chapitre 4 : Jour difficile

Depuis lors, je m'entrainais avec mon Mentor et Syris. J'étais tellement devenu fort que Jojo avait décidé de mesurer ma force en combat singulier :
"Cette fois Gluxx, se sera toi contre moi, je veux voir les fruits de ton entrainement, me dit-il, alors prend cette épée et en garde !"
Le combat était serré, nous étions à égalité. A chaque fois que je lui envoyais un coup rapide et précis, il le parait ou l'esquivait au bon moment, et vis vers ça. Jusqu'au moment où il décida d'utiliser les sorts :
"Epée Divine !" cria-t-il tout en levant le poing vers le ciel.
Sachant que si je me faisais toucher par cette attaque, j'étais finit, je concentra tout mon wakfu dans mon poing et je frappa dans ça direction :
"Pression !"
Et dans une explosion d'une puissance dévastatrice, je fus éjecté brutalement en arrière. Je pensais que nos attaques s'étaient annulés mais après que la poussière s'était dissipée, je rendis compte que mon attaque avait tout balayé sur son chemin, mon maître y compris. Celui-ci était un peu sonné et couvert d’égratignure.
"Maître ! Vous allez bien ?"
-"Kof ! kof ! kof ! Et bien si je n'avais pas lancé mon attaque, je serais surement mort à l'heure qu'il est, dit-il d'un air essoufflé, Comment as-tu fais pour utiliser ce sort à un tel niveau ?"
-"Je ne sais pas, j'ai juste concentré le plus possible mon wakfu et puis voila."
-"Tu dois avoir quelque chose de spécial mon petit."
Depuis cette instant, il n'arrêtait pas de me dire que je possédais un grand potentiel inexploité qui me fera aller très loin, je ne comprenais pas pourquoi il disait cela mais je ne m'en souciai pas vraiment.
Un jour, il fut contraint de repartir pour Bonta, à cause d'une guerre a venir :
"Les enfants, le destin m'appelle. Brâkmar a décidé d'attaquer Bonta, je me dois d'aller la défendre..."
-"Et bien nous viendrons avec toi !" répondis-je
-"Nan ! Vous êtes encore trop jeune pour partir risquer vos vies sur un champ de bataille. Vous avez encore d’innombrables aventures qui vous attendent. Tu n'as qu'à en profiter pour aller voir ton père à Incarnam." reprit-il.
Sur ces mots, il nous fit un adieu et il prit la route de Bonta. Nous écoutâmes ce qu'il avait dit et nous partîmes vers Incarnam. J'avais hâte de présenter Syris à mon père. Malheureusement, en arrivant devant la taverne, on m'apprit que celui-ci était mort il y a 2 ans d'une maladie. Je perdis dés lors, toute ma confiance et toute ma détermination, au point de tomber en dépression. Mais Syris m'aida à surmonter cette tristesse, et quelques mois plus tard, je repris goût à la vie. On passa de bon moment autour du Lac d'Incarnam où j'y fis la connaissance de deux jeunes aventuriers, qui cherchaient quelqu'un pour les entraîner : un valeureux chevalier Iop dénommer Tristepain et une petite Eniripsa, Mimine. Je devins leur maître pour un certain temps, jusqu'au moment où ils étaient assez grand pour ce débrouiller seul. On devint même de grand ami. Mais le destin n'en avait pas finit avec moi. Les journaux parlaient de la fin de la guerre, et dans la page réservée aux victimes, figuré le nom de "Jojo". Cette fois-ci j'étais désemparé. C'était la goûte d'eau qui fait déborder le vase. Et malgré le soutient de Syris, je finis par tomber dans une grosse dépression, au point de sombrer dans l'alcool. Je sentais naître en moi une rage envers la guerre, envers la maladie, envers le destin. Mais toute cette haine devait trouver un bouc-émissaire. Et la personne en question fut Syris...


Chapitre 5 : Hiruma

Un jour où j'étais complètement bourré, comme d'habitude, elle vint me chercher. Elle avait quelque chose d'importent à me dire.
"Bon z'alors ? J'espère queee..hic ! C'est plus important que ma bière." Dis-je en essayant tant bien que mal de rester debout.
Elle me répondit d'un ton sec :
"Gluxx...Je ne peux plus rien faire pour toi, regarde dans quel état tu es...Je ne veux plus vivre avec toi..."
-"Et bin, part ! Personne *hips* ne te retient !" criais-je
-"Tu n'es plus toi même... l'alcool te rend malade..."expliqua t-elle en essayant de m'enlever la bouteille.
Je l'en empêcha d'un geste vif, pour ensuite la gifler.
"Je n'ai pas besoin de ton aide !" hurlai-je
-"Très bien ! Alors j'espère que tu trouvera ton bonheur dans l'alcool ! Moi je pars pour Amakna vivre avec quelqu'un d'autre...Adieu Gluxx...." Récrimina-t-elle.
Ce jour là, je n'ais rien fait pour la retenir. Je commençais à lui en vouloir, à lui mettre tout mes malheurs sur le dos. La rage que j'avais emmagasinée, c'était bizarrement changé en une force, en quelque chose de sombre, de froid. Cela me mis en tête que ce n'était pas de ma faute mais de celle de Syris.
Alors je décidai de me venger. Incroyable que cela puisse paraître, je n'eus aucun mal à la retrouver. C'était un jour de pluie, un jour froid de fin d'année. Elle était seule sous un porche à attendre la caravane pour Amakna. La force qui était en moi, pris le dessus, et je l'attaqua sans aucun scrupule. Cette force me rendit sans pitié, cruel et incroyablement puissant. Même étant très agile, elle fut rapidement écrasé par mon incroyable force. Elle essayait de fuir, en rampant désespérément, dans une flaque d'eau mélangé à son sang. Lorsqu'elle vit mon ombre, elle se retourna et dans son dernier souffle elle réussi à me dire tout en gémissant :
"...Gluxx...Pourquoi as-tu fais ça...?"
Je me mis à ricaner subitement.
"Tu dois me confondre...moi je me nomme Hiruma." A peine avais-je prononcé ces mots, que je me jeta sur elle.
"Epée de Iop !"
Après un long silence, un cri de rage et de désespoir se fit entendre dans tout Astrub, suivit du grondement sourd du tonnerre.

Chapitre 6 : Le potentiel Caché

La justice m'avait condamné à la prison pour le restant de ma vie. Mais je n'y suis resté qu'une semaine, car mon manque d'alcool me poussa à m'enfuir. Je partis me réfugier le plus loin possible, dans une contré lointaine appelée Frigost. Je continua de sombrer dans l'alcool, pour calmer mon insatiable soif, tout en étant harceler par les rires démoniaques d'Hiruma et les flash-back de cette tragique journée. Un jour, n’ayant plus assez de kamas pour m'acheter quelque chose à boire, mon manque d'alcool devenait insoutenable et j'étais à deux doigts de craquer. Ce jour là, je me trouver au fond de l'auberge. Soudain, ma tête près à exploser, je m'écria :
"Arrête !!! Que me veux-tu pour l'amour des douze ?" tout en levant les bras vers le plafond. Les autres clients de la taverne se retournèrent tous vers moi, d'un ère stupéfait.
-"Ce n'est que maintenant que tu me demande ? Et bien soit, je vais te dire ce que je veux. Mais d'abord je vais peut-être t'expliquer ce que je fais ici." entendis-je d'un ton froid.
"Je suis né de ta rage, de ta souffrance, je suis là parce que tu m'as créé. Je suis toi et tu es moi. Et mon but est de détruire tout ce qui te fais du mal, tout ce qui NOUS font du mal. Te souviens tu ? La dernière fois avec Syris, c'était mon oeuvre, c'est moi qui l'ai..."
C'est alors que je me leva brusquement, et je pris toutes les bières qui me passaient sous la main, pour les engloutir une par une.
"Mais tu es malade ! Arrête ! Tu vas nous tuer en faisant ça !" cria-t-il.
-"Sa deviens n'importe quoi ! Syris avait raison, l'alcool m'a rendu complètement fou ! Vivre ou mourir n'a plus d’importance pour moi !" M'écriais-je.
Mes cinq sens commencèrent à faiblir, j'entendais de moins en moins et ma vue se troublait petit à petit. Plusieurs personnes essayèrent de m'arrêter tout en criant :
"Il est devenu fou arrêter le ou il va se tuer !"
Et soudain une lumière vive aveugla la salle, suivit d'un fracassement titanesque pour ce terminer dans le noir absolu.
"Suis-je mort ? Est-ce la fin de mon agonie ?" murmurais-je.
J'étais en train de m'envoler vers une sorte de paradis sur les nuages.
"Hein ? Le paradis des Iop ? Je ne le mérite pas... Alors pourqu.." je fus interrompu par une puissante voix :
"Crétin d'apprenti ! Ne t'ais-je jamais appris à ne pas mourir bêtement ?"
Je me fis secouer de tout les sens.
"Regarde moi quand j'te parle ! Tu n'ais pas encore mort ! Alors retourne dans ta taverne et arrange moi ta misérable vie !"
Mes yeux s'habituèrent à la lumière, et je me rendis compte qu'il s'agissait de mon maître Jojo.
"Maître !..euh..je suis désolé, je ne suis pas digne d'être votre disciple."
-"Ne dis pas ça. Tout le monde n'a pas un double maléfique en soit. Tu as hérité cela de ton vrai père."
-"Comment ça j'ai hérité ça de mon vrai père ?"
-"...Je crois qu'il serait temps de t'expliquer... Te souviens-tu quand je te disais que tu étais spécial ? Et bien, il existe une légende qui dit qu'un enfant est né d'un démon et d'une Iopette. Et je suis presque sur que tu es cette enfant. Et donc tu aurais hérité du wakfu d'un démon. Je le sais parce que tu possèdes une quantité surnaturel de wakfu."
Je resta bouche bée quelque instants, puis je lui demanda :
"Et qui est Hiruma ?"
-"Il doit être l’incarnation de ta rage à travers ce wakfu."
-"Mais alors que dois-je faire contre lui ?"
-"Sa c'est à toi de le découvrir. Mais je te conseillerais d'abord de ne pas l'utiliser contre tes amis."
Sur ces mots un grondement retenti, et je me fis aspirer dans le sens inverse de mon trajet.
"Mais que m'arrive t-il ?" criais-je
-"Aller adieu Zack ! Et ne me déçoit pas !"
En un éclair je me retrouvais assis dans la taverne, avec une bière à la main, comme si rien ne s'était passé.

Chapitre 7 : Blue-Kev

J'avais repris mes esprits. Je commençais à me demander si tout ce qui m'était arrivé était bien réel ou si se n'était que les effets de l'alcool. En attendant je savais que je ne devais plus utiliser ce wakfu démoniaque au risque de redevenir Hiruma. Je sifflotais une chanson d'ivrogne quand je fus interrompu par l'arrivée d'un disciple d' Iop, qui paraissait plutôt coriace pour son jeune âge :
"Puis-je m'asseoir à côté de vous noble disciple de Iop ? dit-il
-"Je vous en prie." répliquai-je
Nous discutèrent longtemps sur nos différentes aventures et sur les malheurs qui nous étaient arrivé, tout en s'enfilant des bières par dizaines.
Je passai un bon moment en sa compagnie, et ses rires me firent comprendre que lui aussi. A cette instant, je commençais à de nouveau apprécier la vie. A un moment, il me fit un petit coup dans le dos et ma bière tombat alors par terre.
Mon réflexe fut de renverser la sienne.
Etant tout deux ivre, nous nous levèrent brusquement, nos lames à la main, et nous engageâmes un combat. Sous la violence des coups d'estocs, une tempête d'étincelles voltigeait dans toute l'auberge. Nous cassâmes les tables , détruisions l'auberge , sans réussir à nous toucher.
C'est alors que la fatigue pris le dessus, et nous nous arrêtions, essouffler.
"Kof ! Kof ! Et bien, mon cher ami ? C'est tout ce don tu es capable ?" me dit-il d'un ton ironique.
-"Umf...Attend de voir la suite !" rétorquai-je.
Et tel un tigre se jetant sur sa proie, nous nous élançâmes l'un sur l'autre en s'écriant :
"Epée d'Iop !"
- "Epée Céleste !"
Ce jour là il faisait beau, et les rayons de soleil venaient réchauffer nos deux corps, allongés sur le sol. Nous étions tout les deux K.O. Cette fois-ci, même après avoir utilisé mon wakfu maudit, j'étais resté moi même. Cet homme m'avait libéré de toutes mes souffrances, j'avais de nouveau confiance en moi. Cet homme c'était Blue-Kev.
Nous nous mirent à rire ensemble, comme deux vieux amis d'enfance, pour nous évanouir peu de temps après.

Chapitre 7 : La mascotte des tavernes

Je passa beaucoup de temps avec Blue-Kev a faire la fête dans les tavernes, en "donnant l'ambiance" comme disais certain. Je rencontrai beaucoup d'aventuriers débutant, et au fur et à mesure que je passais mon temps à m'amuser je les voyais grandir et devenir plus fort que moi. Comme ce petit Ecaflip dénommer Yondayme, qui était plutôt mignon à l'époque. Une grande communauté c'était formée autour de nous et tout les soirs, tout le monde venait à la taverne pour se reposer, pour boire ou pour essayer de me battre au jeu de "celui qui avale le plus de bière" car j'avais acquis une incroyable résistance à l'alcool de part mon passé. Passé que j'avait d'ailleurs oublié depuis longtemps. J'avais d'ailleur repris le nom de Zack, car je ne voulais plus entendre parlais de Gluxx.
Et c'est ainsi que j'ai obtenu le surnom de "Mascotte des tavernes". Mais l'aventure me manquai et je remarquai que petit à petit, je commençai à perdre la main dans l'art de la baston. Alors j'ai demandai à Kev si il ne voulais pas qu'on aille se faire un petit donjon comme au bon vieux temps :
"Non, excuse moi Zack, mais je dois rejoindre les mercenaires, ils ont besoin de moi en se moment. D'ailleurs je suis sur que tu devrais nous rejoindre toi aussi." me répondit-il
-"M'oui j'y penserais, mais d'abord je compte reprendre un peu la main dans un donjon. Alors on se retrouvera là-bas." exprimai-je
-"Ok, alors bonne chance mon ami, et à bientôt !"
Nous nous quittâmes sur ces mots, chacun de notre côté.
Mais par le plus grand des hasards, je tombai sur de vieux amis : Tristepain et Mimine, accompagnés d'un Xelor. Ils étaient justement à la recherche d'un objet très rare qui serait gardé par une puissante créature. La Xelor, qui se nommait Xinthia, m’expliqua qu'il s'agissait d'une clé du temps, créé par le dieu Xelor. Cela m’intéressa et je pris la route avec eux.

Chapitre 8 : Une mauvaise idée

Après plusieurs jours de marche, nous arrivâmes à la caverne caché. Les pièges ne nous causèrent pas vraiment de mal, nous parvinrent facilement à la salle principale. Et comme nous pouvions nous y attendre, au moment où l'on allait s'emparer de la clé, une machine en forme d’horloge, qui faisait trois fois ma taille, nous attaqua de nul part.
"Depuis le temps que j'attendais ça !" hurlais-je en me précipitant sur la machine.
Mais nos attaques étaient sans effet, la machine semblait invulnérable. Un incroyable grincement retenti, et la machine tira un puissant rayon qui nous balaya d'une seul fois. Ayant eu le temps de me protéger avec un pilier du coin, j'ai pu encaisser la majeur parti de l'attaque. Cela faisait de moi le seul de nous quatre à pouvoir encore se battre.Mais je n'avais aucune chance. Si quatre personnes n'arrivaient pas à battre cette machine, comment pourrais-je faire pour la détruire tout seul ? Il ne me restait alors qu'une dernière chance.
Je regarda d'un tour de tête mes amis inconscients et je murmura :
"C'était une mauvaise idée" C'est alors qu'une grande quantité d'énergie jaillit du fond de mes entrailles, pour ce concentrer dans ma main droite. Le wakfu était tellement concentré, qu'il était possible de le voir à oeil nu. Et comme un éclair, je découpa la machine en plusieurs morceau presque sans aucune difficulté. Les restes de la machines, s'écrasèrent en provoquant un immense nuage de poussière bercé par un bruit strident. Tristepain, qui avait repris ses esprits, s'écria :
"Waw ! Zack comment as tu fait ça ?"
Je me retourna et je lui fis un clin d'oeil. Mais une douleur vive au torse, m'obligea à m'agenouiller.
"Tu pensais pouvoir utiliser mon pouvoir ? Alors que tu m'avais abandonner ? entendis-je, Et bien soit ! Maintenant c'est à mon tour de te faire souffrir !"
Je perdis le contrôle de mon corps, et contre toute ma volonté, j'acheva tout mes camarades, les un après les autres. Une rage monstrueuse, envers Hiruma, m'envahit entièrement. Dans un ultime effort, je pris mon épée, et je me mutila plusieurs fois le corps. Sous la violence de la douleur, celui-ci se sépara de moi en quelque chose d'assez difforme et pris la fuite en poussant des cris d'agonie.
Épuisé et blessé, je m'évanouis quelque temps après.

Chapitre 9 : La fin d'Incarnam

Ce jour là, je ne suis pas mort. Cela ma fait beaucoup réfléchir. Je savais maintenant que je ne pouvais pas me débarrasser d'Hiruma, tout simplement parce qu'il s'agissait d'une part de moi même. Il fallait que ce cauchemar s'arrête. J'ai donc pris le nécessaire, dont la clé du temps, au cas où j'en aurais besoin dans le combat à venir.
Retrouver sa trace n'était pas si difficile, partout où il passait, il détruisait tout. Cela me menai à Incarnam et comme je m'en doutais, dans la taverne de mon enfance.
Je fermai la porte, et je fis quelque pas sur le parquais qui grinçait.
"Tu es venu pour m'achever ?" Marmonna une voix.
-"Non, je suis venu pour te parler." répondais-je. Et venu de nul part, une ombre se jeta sur moi et me fis trébucher, pour ensuite me donner un puissant coup d'épée que j'eus beaucoup de mal à parer.
"Après tout ce que je t'ais fais, tu ne peux qu'avoir envi de me tuer !" Hurla Hiruma.
C'était mon double parfais mise à part la couleur de ses cheveux et de sa peau.
"Je te le répète ! Je ne suis pas venu pour me battre, simplement pour te parler !" insistai-je.
-"Alors nous parlerons quand tes boyaux joncheront le sol !"
Et un combat sans pitié s'engagea dans la salle. Ses attaques étaient incroyablement puissantes et elles balayaient, une à une, la taverne et ses alentours. Cela devenait de plus en plus difficiles de les esquiver, il fallait que je le neutralise avant qu'il ne me touche, sinon c'était la fin pour moi. Dans le feu de l'action, je me suis retrouvé au bord d'Incarnam, à environ un bouftou du vide.
"Tu ne peux plus m'échapper, Zack." dit-il en ricanant.
-"Hiruma, arrête ça ! Ne m'oblige pas à te tuer !" menaçai-je.
-"Arrête de dire n'importe quoi, c'est moi qui vais te tuer !" cria-t-il tout en s’élançant sur moi, l'épée en avant.
Par instinct, j'utilisa de toute mes forces une ancienne technique de désarmement que mon mentor m'avait appris, et par la brutalité de celle-ci, l'arme de mon double se brisa, pour aller se planter au niveau de son coeur. Cela mis fin au combat pour laisser place à un silence glacial. Celui-ci fut interrompu par le sang d'Hiruma qui s'écoulait entre ses mains.
"...Eheh...Tu as réussi à m'avoir on dirait...Mais ne t'inquiète pas, je ne compte pas partir sans te laisser un petit souvenir..."bafouilla-t-il en souriant.
-"Que veux tu dire par là ?" demandai-je.
-"..Regarde autour de toi...J'ai fait exprès de lancer mes plus puissantes attaques, pour fragiliser Inacarnam. A ce stade, si une autre de ces attaques tombe au milieu, Incarnam se détruira et il ira s'écraser sur le monde des douze...Kof ! Kof !"
-"Tu n'es pas sérieux ?! Ne fais surtout pas ça ! Ces gens ne t'on rien fait, alors laisse les en dehors de tout ça ! Sa ne regarde que moi !" ordonnai-je.
-"Et bien on dirais que j'ai trouvé comment te faire souffrir...Adieu Zack...Epée de Iop !!" Hurla-t-il.
J'essaya de l'en empêcher, mais il fut trop rapide, et son attaque explosa dans un son strident sur le centre d'Incarnam. Celui-ci se mit à trembler, et se brisa en plusieurs morceau, avant d'être aspiré par la force de gravitation, vers le monde des douze.

Chapitre 10 : Mon nom est Gluxx

Par chance le rocher où nous étions n'était pas encore tombé. Hiruma était sur le point de chuter, quand je le pris dans mes bras au dernier moment.
"Pourquoi as tu fais ça ? Je viens de détruire tout se que tu aimais et tu ne me laisse même pas mourir ?"
-"Je ne peux pas laissé mourir une partie de moi-même, cela reviendrait à me suicider."
-"...Alors ta vie importe plus que celle de tes amis c'est ça..?"
-"Ce n'est pas se que j'ai dit, c'est juste que ta vie importe tout autant que celle de mes camarades."
-"...Comment peux-tu encore m'apprécier après toutes les horreurs que j'ai faites..?"
-"Tout simplement parce que tout cela est de ma faute et non de la tienne, tu voulais m'aider et moi je n'ai fait que t'ignorer en espérant que c'était les effets de l'alcool pour me donner une excuse à mes erreurs. Et aujourd'hui il faut que je corrige le tir."
-"...Et comment compte tu t'y prendre ? Le monde est sur le point d'être détruit, tu ne peux pas arrêter ça..."
-"Moi tout seul, bien sur que non. Mais avec ton aide, je pense pouvoir y arriver. Seulement, il faut que tu es confiance et moi."
Il se tut quelque instant, et soudain son corps se mit à briller.
"...Alors je te ferais confiance...Merci et adieu Zack..." dit-il en souriant.
Et son corps s'éparpilla en de nombreuses particules de lumière, qui s'envolèrent de plus en plus haut, jusqu'à disparaître totalement.
Le sol se fissura et le bloc où je me tenais debout tomba en s'éparpillant en plusieurs morceaux.
Je sentis le wakfu d'Hiruma afflué dans mes veines. Alors, tout en tombant, je pris la clés du temps en y concentrant tout mon wakfu, je m'écria :
"Dieu Xelor ! J’implore ton pardon ! Permet moi de réparer mes erreurs ! Permet moi de sauver le monde des douze !"
Une lumière blanche jaillit soudainement de la clé, aveuglant le reste tu Krosmoz.
De cette lumière sortit un immense nuage de poussière bercé par un bruit strident.Tristepain, qui avait repris ses esprits, s'écria :
"Waw ! Zack comment as tu fait ça ?"
Je me retourna et je lui fis un clin d'oeil.
-"Zack est mort depuis longtemps, moi on m'appelle Gluxx."


"Et c'est ainsi que ce termine mon récit. J'espère que sa n'aura pas trop été long ?"
-"Non non du tout. Votre histoire est vraiment incroyable ! Mais vous ne pensez pas que l'alcool est un peu embellis tout ça ?"
-"Ah oui ? Et bien ne me croyais pas si c'est trop incroyable pour être vrai."
-"Bon bon, si vous le dites. Et maintenant où aller-vous ?"
-"Et bien si vous avez tout suivit, je suis en route pour les mercenaires d'Hirnul, rejoindre mon compagnon Blue-Kev. D'ailleur je dois continuer ma route, je pense qu'on ne se reverra pas. Je vous salut mon cher ami ! A une prochaine fois." dis-je en me levant.
-"Alors bonne route mon cher Gluxx et surtout bonne chance."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre-tonal
Errelien
avatar

Masculin Messages : 46
Age : 25

MessageSujet: Re: La légende de Gluxx l'ivrogne   Lun 2 Avr 2012 - 23:07

exellent !!!!

_________________
Ombre-tonal meneur de la dead of dream et prince de kamikassa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captain-Geek
Modérateur
avatar

Masculin Messages : 114
Age : 23

MessageSujet: Re: La légende de Gluxx l'ivrogne   Mer 4 Avr 2012 - 12:58

C'est juste splendide, j'ai totalement accroché à l'histoire! Ça ne manque pas de rebondissement, d'aventure et de suspens. J'ai ressenti de la joie mais également de la tristesse
Spoiler:
 
Le récit est tellement bien mené qu'on en aurait du mal à croire qu'il n'ai pas été écrit par un professionnel de la littérature Smile

Franchement, bravo à toi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gluxx
Errelien
avatar

Masculin Messages : 8
Age : 21

MessageSujet: Re: La légende de Gluxx l'ivrogne   Ven 20 Avr 2012 - 20:12

je vous remercie tous !! Et franchement, je ne pensais pas que mon histoire vous plairez autant. ^^' A l'avenir, je compte en écrire une petite suite, si ça vous intéresse. Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sokidan/robin
Errelien
avatar

Masculin Messages : 13
Age : 23

MessageSujet: Re: La légende de Gluxx l'ivrogne   Sam 21 Avr 2012 - 9:04

chapeau ! tu m'as donné envie de continuer le mien Very Happy d'ailleurs je vis l'éditer de suite pour la suite Wink

_________________
Si tu tiens a tes rêves, personne ne peut t'empêcher de les vivre, sauf si ces personnes t'en veulent a coups de seringues hypodermiques et de calmants.

Memento mori!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaylium
Errelien
avatar

Masculin Messages : 42
Age : 21

MessageSujet: Re: La légende de Gluxx l'ivrogne   Sam 21 Avr 2012 - 15:57

Parfait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La légende de Gluxx l'ivrogne   

Revenir en haut Aller en bas
 
La légende de Gluxx l'ivrogne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Investigation] Qui mourra dans La Légende Renaît ?
» [Fan-fiction] Il était une légende ... Sélène. Final Chapitre.
» [Fan-Fiction] La légende de Denta-nui livre 1: Huit Makuta.
» Battosai - [gardien de la légende et le squig]
» [Blog] Les lieux du film "BIONICLE La légende renaît spécial JM134"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Rykke-Errel :: Créations des joueurs :: Rôle Play-
Sauter vers: